Accueil > Blog > Le bois du Chassay en danger

Sinte-Luce :

Le bois du Chassay en danger

mardi 11 juin 2019, par Patrick Cotrel

Des riverains du bois du Chassay se sont récemment alarmés en découvrant le fauchage sauvage de plusieurs buissons de houx et de fragon dans le bois, ainsi que plusieurs amas de branchages coupés (idéal pour un départ de feu, en cas de forte chaleur...).

CLEMENTINE est intervenue auprès de la mairie, puisque ce fauchage semble avoir été fait par l’organisme de formation (Fodé-Ouest) que la mairie a autorisé à venir pratiquer des élagages avec ses stagiaires (apprentis élagueurs).
Pour comprendre l’enjeu de ce fauchage, il est nécessaire de revenir un peu en arrière,
L’intervention de l’Office National des Forêts (ONF) :
La municipalité de M, Brasselet avait fait intervenir l’ONF pour faire un premier sur le bois du Chassay.
La municipalité de Bernard Aunette a repris cette démarche et signé une convention avec cet organisme public pour approfondir un diagnostic pour chaque espace boisé de la commune, afin de mieux les entretenir et les protéger.
Ainsi, en 2010, l’ONF a fait un diagnostic approfondi et des recommandations d’entretien pour préserver le bois du Chassay. Par ailleurs, la municipalité a signé un bail emphytéotique de 35 ans avec la société HLM (Loire Atantique Habitation), propriétaire du bois, pour pallier le non entretien du bois par les HLM.
Le diagnostic de l’ONF :
Dans ce rapport de l’ONF, on apprend que ce bois dégage une véritable ambiance de forêt, ce qui le rend plus précieux à préserver.
Le danger principal qui menace ce bois, c’est le piétinement excessif du public qui le fréquente d’autant plus qu’il se situe quasiment en centre-ville : « Le piétinement excessif réduit considérablement la longévité des peuplements » (page 7). Celui-ci est d’autant plus important qu’il existe une multitude de ‘faux chemins’.
Le rapport précise (page 30) : « Un bois ou une forêt n’est pas seulement un espace récréatif, c’est aussi un écosystème. La prise en compte de la dynamique naturelle est essentyielle dans la gestion forestière car elle contribue largement à maintenir les équilibres indispensables à la pérennisation et au renouvellement du patrimoine arboré. Ainsi le principal conseil que l’on pourrait communiquer au gestionnaire serait d’abandonner les interventions de fauches systématiques et régulières des sous-bois (en gras dans le texte), ceci pour au moins deux raisons : permettre à la flore forestière de se développer et de se régénérer sans entrave et éviter la dispersion du public hors des chemins (un sous-bois dense est en effet plus difficilement pénétrable). »
On pourrait ajouter une troisième raison : le fragon, très présent dans les buissons avec le houx, est une espèce protégée en Pays de la Loire !
Dans la suite du rapport, l’ONF développe des conseils et propositions précises (avec plans) pour tracer des vrais chemins, inciter le public à les emprunter par un entretien régulier et l’installation de bordures de bois, informer le public aux différentes entrées bien délimitées du caractère patrimonial naturel de ce milieu, procéder à des replantations d’arbres,…etc…
La municipalité a mis en œuvre ces préconisations, a informé les riverains du bois (habitants des HLM et du lotissement du Chassay) et créé un commission consultative avec des représentants de ces riverains pour suivre les travaux. Elle a même négocié avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) une convention pour déclarer ce bois « territoire refuge pour les oiseaux », avec le financement correspondant, de façon à sensibiliser les jeunes des écoles et du Patio (installation de nids, …).
Un abandon complet :
Disons-le clairement, la municipalité actuelle a systématiquement abandonné tous les aspects de ce travail de protection, d’entretien et de sensibilisation, en mettant en avant des questions de coût, mais sans doute aussi par inconscience de la richesse de ce patrimoine naturel en centre-ville.
Et, pour se dédouaner, simplement laisser (gratuitement) une entreprise privée de formation (d’élagueurs) utiliser le bois comme terrain de formation pratique, c’est se défausser de ses responsabilités !
Bref, le bois du Chassay est en danger et il est urgent que la municipalité commence réellement à protéger la nature en ville qui fait la qualité de la vie à Sainte-Luce.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.